km.azerttyu.net

Accueil > Du km au texte > informatique > Ubuntu, Kernel , nvidia (2.6.30)

Ubuntu, Kernel , nvidia (2.6.30)

vendredi 2 octobre 2009, par km

Ou plus explicitement comment faire une montée de version noyau lorsqu’on possède aussi une carte graphique [w nvidia].

Prérequis

Il est conseillé de connaître gdebi ou dpkg pour lire la suite de l’article.

Télécharger les paquets Kernel

Tous les paquets pour [w ubuntu] sont disponibles sur le projet mainline. Nous les téléchargerons depuis http://kernel.ubuntu.com/~kernel-ppa/mainline/.

La dernière version disponible, à l’écriture de l’article, est la 2.6.30.8.

Nous téléchargeons les paquets :

  • linux-headers-[version]-[version]-all.deb
  • linux-headers-[version]-generic-[version]-[arch].deb
  • linux-image-[version]-generic-[version]-[arch].deb

Télécharger les paquets Nvida

Les paquets pour les pilotes nvidia sont présents sur http://archive.ubuntu.com/ubuntu/pool/restricted/n/nvidia-graphics-drivers-180/

Dans notre cas la version 180 ne semble pas fonctionner avec le noyau 2.6.30, d’où notre utilisation de la 185.

Nous prenons donc :

  • nvidia-185-kernel-source_[version]_[arch].deb
  • nvidia-185-libvdpau_[version]_[arch].deb
  • nvidia-glx-185_[version]_[arch].deb

Installation

Via dpkg ou debi nous installons tous les paquets dans leur ordre de téléchargement.

Activation des pilotes nvidia

Une fois les 6 paquets installés, nous réinstallons le paquet linux-image. Ceci aura pour but de compiler via [w DKMS] le pilote nvidia et le faire prendre en charge pas le kernel fraichement installé.

Configuration de la carte graphique

Nous lançons l’exécutable sudo nvidia-xconfig, cela aura pour but de configurer le fichier xorg correctement.

Redémarrer l’ordinateur

Si au redémarrage vous avez des problèmes avec la carte graphique, ne paniquez pas.
Le système vous proposera d’activer une configuration Xorg avec pilote par défaut, validez et redémarrez.
Pour redémarrer proprement, il vous faut revenir à l’interface console, vous identifiez et lancer sudo reboot

Maintenant une vous pouvez repasser à la phase configuration de la carte graphique.


Ressources

Messages

  • Voui, voilà, merci. Encore un point pour moi sur le sujet "les OS open source, j’approuve, mais ce n’est pas encore pour le commun des mortels".

  • Bonjour Stéphane

    On peut trouver des OS open source pour madame Michu, pour autant cet article n’a jamais dit qu’il leur était destiné. Le sujet est spécifique à une problématique qui je crois ne sera jamais rencontré par ce public.

    En terme de problématique, c’est comme si je parlais d’une configuration personnalisée avec nlite. Le commun des mortels ne s’amusera jamais avec ça.

    Pour autant je suis persuadé que les OS libre sont maintenant accessibles à tout le monde, j’en fait l’expérience régulièrement avec mes parents non infomaticiens et qui trouvent internet magique.
    Il a fallu un bon mois pour changer d’habitudes, ce qui n’est pas nécessairement évident et facile. Après cette phase d’adaptation, je ne fait pas plus de support qu’auparavant.

    Il faut savoir adapter son discours en fonction de son public. Je ne crois pas que ce soit les outils qui posent fondamentalement un problème c’est plutôt l’accompagnement au changement et l’écoute qui va avec. Je pense à "la tour de verre des informaticiens" qui parfois à encore du mal à fondre.

  • Exactement, c’est juste une question d’adaptation.

    Si on met un habitué de Windows devant OSX, il mettra du temps à s’habituer, et c’est pareil pour n’importe quel système.

    Moi qui pourtant suis développeur, je me suis récemment mis devant un Windows Vista, et bien IMPOSSIBLE de trouver comment configurer plein de choses, je ne comprenais RIEN. Tout simplement parce que je n’utilise que l’interface Gnome depuis des années (et aussi parce que Windows c’est de la merde, d’accord).

    La règle général : si on met un utilisateur ayant appris à utiliser un ordi avec l’OS "A" devant un ordi avec l’OS "B", il devra apprendre. Et inversement pour son ami qui aura apprit avec "B" et qu’on placera devant "A".

    Quand on change d’interface, il y a une partie des concepts qui est similaire et il y a des concepts qui changent. Il faut donc apprendre ces nouveaux concepts. Il n’y a aucune bizarrerie là-dedans. C’est juste logique.

  • D’accord avec le commentaire précédent. Je ne retrouve plus rien non plus dans Windows, je suis complètement perdu maintenant dans cet OS.

    Et puis, les mac users, s’ils ont connu Windows, se sont déjà adaptés une fois, et linux ne leur pose plus de problèmes, leur esprit sait s’adapter au système.

  • Oui oui oui. Je m’aperçois que j’ai été trop succinct et vous avez donc pensé que c’est l’interface de l’OS qui me rebute. Que nenni. Je m’en vais donc de ce pas expliciter mon propos.

    (vous allez voir, on dirait un troll mais en fait non, j’aime vachement l’open-source, j’avais une Red Hat pour bosser y’a 9 ans, et il n’y a quasiment plus que mon OS qui n’est pas open-source à l’heure où je vous cause)

    (bref, niveau adaptabilité, merci, je me débrouille : Un mac de test au bureau jusqu’à récemment, une Red Hat il y a neuf ans avec un window manager qui dépotait et dont j’ai oublié le nom, une Ubuntu sur une de mes tours jusqu’à il y a cinq ans, quand il a fallu faire de la place pour les mômes et prendre un portable).

    Moi je suis Madame Michu.

    J’ai acheté un Sony vaio il y a cinq ans parce que ça ne pèse pas lourd et que c’est une bombe. (enfin, c’était).

    J’ai tenté d’installer dessus trois ou quatre Ubuntu différentes, puisque c’est de l’OS tout à fait abordable pour Madame Michu, me disent toutes les bonnes crémeries.

    Alors quand je boote sur le CD c’est fantastique : les touches de raccourci "magiques" (S1, S2, qui sont des touches spéciales vaio, et puis Fn+F5 et Fn+F6 pour respectivement monter et baisser la luminosité), tout ça marche bien avec le Live CD. Ma machine roule peinarde.

    Une fois Ubuntu installé sur la machine le ventilateur tourne à fond les manettes même si je ne fais rien tout le temps qu’elle est allumée. Et puis tiens, je ne peux pas mettre la machine en sommeil comme sous Windows. Ah et puis l’écran est à 100% de luminosité, et ayant l’oeil fragile je tape Fn+F5 qui marchait très bien sur le LiveCD. Paf, ça fige. (et attention, ça ne me l’a pas fait qu’avec une version d’Ubuntu, hein, je me suis acharné trois ou quatre versions de suite, avec à chaque fois gravage de CD etc.).

    Je me renseigne en ligne, et à part le classique et narquois "ah ouais mais bon c’est Sony, t’avais qu’à acheter une configuration optimisée pour Linux" que je finis par ne plus vouloir entendre, on me dit "si ça marche sur le CD, c’est parce que le CD lance des tas de routines pour parer à tout et montrer comme Ubuntu est chouette. C’est à toi de trouver quel utilitaire répond à ton besoin."

    Franchement, Madame Michu, au bout de trois jours à chercher et à installer des trucs et des machins, avec des dépendances, et encre des trucs et des machins, des gestionnaires d’alimentation et de ceci-cela, bin elle en a eu marre parce que ça n’avait rien changé et elle trouve que ce n’est toujours pas grand public. Alors elle a viré la partition Ubuntu et elle y a stocké des données.

    (évidemment en cours de route les potes me disent tous "attends, installe la dernière version, elle est vachement bien et elle réglera peut-être ton problème. Mais comme c’est ce que j’ai entendu à chacune de mes tentatives, j’ai un peu perdu le peps, là...)

    Madame Michu quand elle avait dix ans de moins elle s’acharnait sur ce genre de problème, maintenant elle est fatiguée et elle veut juste un OS qui marche sans l’emmerder... donc je suis resté sous Windows et je maintiens à qui veut l’entendre que décidément, Linux n’est pas encore grand public.

  • Et pourtant maintenant j’installe Ubuntu sur tous les PC de non-informaticiens qui m’entourent, et ça ne pose de problème à personne.

    Après c’est surtout une question de marketing. Je m’explique.

    Les marques connues qui ont beaucoup d’argent pour faire de la pub et faire en sorte que justement tu te jètes sur leur superbe packaging comme tu l’as fait avec ton Vaio ; et bien la plupart de ces grandes marques sont affiliés aux grands groupes propriétaires. C’est clair, net, tout le monde le sait.

    Ce faisant, leur matériel n’est optimisé QUE pour Windows. Et les pilotes qui vont avec. Et les développeurs de Windows n’ont RIEN à faire pour que ça marche, ce sont les constructeurs de matériel qui font en sorte que ça marche bien sous Windows.

    À l’inverse, les devs de Linux doivent TOUT faire pour arriver à reproduire les pilotes (la plupart du temps par retro-ingénierie). Et c’est évidement à quitte ou double...

    À partir de là il est clair que c’est un choix qui n’en est qu’un à moitié. Si les gens continuent de ne faire confiance qu’au marketing, alors oui tu te retrouves avec un Vaio et tu as des chance de galérer.
    Si, sans pour autant être un geek, tu prends un PC de très bonne qualité, MAIS ne venant pas d’une marque connue, mais juste une marque qui essaye d’être plus neutre, alors tu auras le choix. Tu pourras mettre Windows si TU le choisis. Ou bien autre chose.

    Choisir son ordi suivant le packaging, suivant la pub, la marque, le design, c’est tout simplement ridicule. Et OUI ça veut dire que beaucoup de gens sont ridicules. Exactement comme ceux qui se pavanent avec une belle voiture, ou qui ont un super iPhone ou assimilé.

    On s’en gratte les rouflaquettes que l’ordi ait des bouts arrondis, qu’il fasse 1cm de moins avec des touches fluorescentes.

    Au boulot on avait commandé plusieurs portables tous pareils, neutres, et ça fait des années qu’on tourne avec sans aucun problème et pourtant ils ont voyagé intensivement !

    Ce n’est donc pas GNU/Linux qui n’est pas fait pour madame Michu. C’est uniquement Sony (et d’autres bien sûr) qui ne sont VOLONTAIREMENT faits que pour Windows.

    C’était donc ton choix d’acheter ce portable Windows only.

    Et vu ton précédent post, tu répondras sûrement : oui mais madame Michu achète ce qu’elle voit en vitrine et qui brille.

    En philosophie on appelle ça l’aliénation.
    La liberté a un prix : s’informer, se cultiver. S’émanciper.

    P.S. : parenthèse dialectique : j’émets à part ça de sérieuse réserve à ce qu’on puisse parler d’une quelconque liberté à propos d’un sujet comme l’informatique, quelle qu’elle soit... Mon précédent texte ne vaut donc que si on oublie ce postulat. :)

  • Non, tu ne m’a pas bien lu :)

    Mon choix c’était d’acheter le plus léger portable que je puisse trouver, et il y a cinq ans ce n’était pas une mine affaire.

    Ce qui est effrayant c’est que mon expérience utilisateur serait formidable si je m’étais arrêté au Live CD (donc tout est théoriquement prévu dans le Live CD pour marcher de façon optimale sur le vaio).

    J’installe et boum, c’est la panouille. Et inutile de répéter que j’en ai bien bavé pendant quelques bonnes heures, à chaque install, donc j’ai fait tout ce qu’il fallait pour m’émanciper. Sisi :)

  • Ben oui c’est un choix : tu préfères un kilo de moins, mais avoir moins de possibilité ensuite avec ton ordi. Qu’un kilo de plus mais un PC plus neutre qui te laisserait plus facilement installer autre chose que Windows.

    Je ne dis pas que ce n’est pas valable. C’est un choix à assumer. :)

  • Bonjour tout le monde

    Bon je reviens un peu sur le troll :)

    Non Stéphane je t’avais bien compris, je t’avais cité nlite qui est un outil pour personnaliser son CD d’installation windows.
    On parlait de « mais je fais quoi une fois installé mon OS ? ».

    La frustration semble être due du passage du LiveCD à l’installation complète. Celle ci semble, paradoxalement, moins complète vu que tu as perdu dans ton cas une partie du support matériel.
    Comme le fait remarquer Vincent, les règles du jeu sont différentes lorsque tu es OS propriétaire ou OS libre pour développer le pilote.
    Avec les OS propriétaires, dans un premier cas les constructeurs sont obligés de fournir tous les éléments en raison d’une position dominante qu’on ne peut ignorer, dans l’autre cas pendant longtemps le choix matériel était très réduit pour limiter les problèmes de développement de multiples pilotes.

    Pour les OS libres, on se retrouve avec aucune carte en main (en tout cas si on remonte à 5 ans) mais avec le besoin d’être le plus exhaustif au niveau du support matériel.
    En fonction des constructeurs matériel, le jeu de cartes est plus ou moins complet. C’est pourquoi on doit essayer de se renseigner sur le matériel acheté.
    En fonction de ce qu’on achète, tout OS confondu, le support matériel n’est pas le même (le cas d’une position dominante camoufle facilement le problème).

    Avec un LiveCD on peut, me semble t il, tout activer sans discernement car on n’a pas d’écriture ou de modification de l’existant. _ On ne prend donc pas de risques à faire trop de zèle, au pire la machine plante, on enlève le CD, on redémarre et on n’a rien vu.

    Dans le cas d’une installation complète, je ne crois pas qu’on peut se permettre un tel zèle. Du coup pour activer certaines options il faut avoir la garantie que celles ci peuvent l’être. Si les constructeurs ne donnent pas les informations requises, le système par lui même ne peut pas le deviner. On doit alors faire confiance à l’utilisateur et c’est du coup à lui de gérer l’installation/activation des pilotes manquants.

    Cette dernière phase n’est pas intuitive pour autant, et c’est là que tu dis : « Mme Michu elle peut voir ailleurs ».

    C’était surement vrai, ça l’est encore surement mais de moins en moins me semble t il.
    Pour s’en convaincre on n’a qu’à voir l’apparition des notebook, des smartphone, .... qui embrassent de plus en plus l’OS libre.

  • Bon, allez, je finis là parce qu’on a tous des éléments de vérité :

    @Rastapopoulos : ce n’était pas un véritable choix en termes d’OS, des portables qui tournaient avec linux (ou qui étaient documentés comme tels) n’étaient pas légion il y a cinq ans.

    @km : il n’empêche : le profane que je suis n’a pas pu en venir à bout. La dernière fois c’était il y a deux ans, et je me réjouis que ce soit "de moins en moins vrai". Quand ça ne le sera plus du tout, j’en serai évidemment le premier ravi.

    Bref, on a tous raison quoi ;)

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.